Résumé

Margaret Shakespeare a treize ans et un talent exceptionnel pour écrire des pièces de théâtre : c’est là son grand malheur. Voyez-vous, elle vit en 1577 dans un petit village d’Angleterre et, à cette époque, une fille n’a même pas le droit d’être comédienne. Alors, écrire des pièces, c’est encore pire… Et ce ne sont surtout pas ses parents qui vont l’encourager. Mais par chance, elle a un frère, William, qui a un grand talent de comédien et qui commence à travailler dans un théâtre; comme Margaret rêve plus que tout que ses pièces soient présentées, la voilà qui échafaude une bien étrange stratégie.

 

En quoi les conventions sociales – encore aujourd’hui – empêchent-elles les adolescentes de faire ce dont elles ont envie? En posant le seizième siècle comme miroir grossissant de notre époque, Je suis William s’amuse avec la controverse sur l’identité de Shakespeare pour nous montrer comment les injustices envers les filles continuent de se nourrir de fausses évidences.

Résumé

Crédits

Mise en scène et scénographie Sylvain Scott
Texte et paroles
 Rébecca Déraspe
Musique et environnement sonore Benoit Landry et Chloé Lacasse
Assistance à la mise en scène Dominique Cuerrier
Avec
 Édith Arvisais, Simon Labelle-Ouimet, et Renaud Paradis 
Musicien sur scène Benoit Landry
Conseiller dramaturgique Paul Lefebvre (du CEAD)
Costumes 
Linda Brunelle
Éclairage Luc Prairie
Chorégraphie Monik Vincent
Conception et réalisation du lustre Nathalie Trépanier
Maquillages François Cyr
Perruques Géraldine Courchesne
Direction de production et technique Samuel Thériault
Régie éclairage en tournée Mélissa Perron
Régie son en tournée Maxime Lambert

Assistante de Linda Brunelle Marie-Audrey Jacques Réalisation du rideau Éliane Bouchard Réalisation de la traine Johanne Langelier Sérigraphie Katherine Paré Coupe Amélie Grenier et Anne Rémillard Chapelière Lyne Beaulieu

Musiciens en studio 
Violon, alto Guido del Fabro
Percussions / aide à la programmation Vincent Carré
Prise de son Chloé Lacasse et Colin Gagné
Mixage Chloé Lacasse

Atelier de décor Création Z

Photographies du spectacle François Godard

Crédits

Personnages

Margaret
« Le bruit du monde endormi - Moi cachée ici - Dans ma tête je brandis - Des histoires des ennemis »
William
« J’ai longtemps hésité entre la métaphore de l’étoile et la rime en « ette ». Vous allez constater par vous-même le choix que j’ai faite. »
Le narrateur
« En mon nom de narrateur de faiseur de récits - Je prends la liberté de m’amuser avec le statut de vérité »

Personnages

Intention

«À l’école, je n’avais pas conscience des restants d’inégalités entre hommes et femmes. Pour moi, c’était une bataille qui avait été depuis longtemps gagnée. J’avais l’impression que je pouvais me rêver comme je le voulais, que personne n’allait m’empêcher de faire quoi que ce soit sous prétexte que j’étais une fille. Puis, le choc de la réalité est arrivé. Je ne m’étais pas trompée sur tous les points : personne n’allait effectivement m’empêcher de prendre les décisions que je voulais prendre. Mais j’ai pris conscience que les centaines d’années d’iniquités entre hommes et femmes avaient eu un impact sur les structures mêmes de notre monde. Nous sommes encore aux prises avec des milliards de kilos de préjugés.

Même si j’ai la profonde conviction que Je suis William s’adresse à tout le monde, c’est pour les jeunes que j’ai écrit cette pièce. Pour leur violent besoin de se trouver une place dans le monde. Pour leurs rêves. Pour la force tellement belle et tellement grande qu’ils ont quand ils se représentent l’avenir. J’ai pensé à eux. À chaque jour. J’ai pensé à leurs combats. À leurs envies. À leurs batailles. J’ai pensé à leur insatiable besoin de créer du sens avec les aléas banals de la vie. J’ai pensé aux jeunes parce que je ne me sens pas si loin de ces déchirements passionnés. Et j’ai eu envie qu’on se raconte ensemble cette histoire-là, où le réel et la fiction racontent notre d’aujourd’hui.

Le mien.

Le leur.

Pour qu’on se regarde à hauteur d’hommes et de femmes. Sans faire de distinction.» Rébecca Déraspe, auteure

 

 

« Pour cette nouvelle création, j’ai eu le désir d’explorer l’univers d’un monument de la culture, une figure marquante ayant laissé en héritage une œuvre hors norme. J’ai regardé du côté de la musique, de l’art et de la danse pour finalement prendre rendez-vous avec… William Shakespeare. Rien de moins!  Même si je suis familier avec plusieurs de ses pièces, je ne voulais pas travailler à un collage ou à une adaptation de l’une d’elles. J’avais plutôt envie d’explorer une autre facette de Shakespeare. Au cours de mes recherches, un article a attiré mon attention. On y mentionnait qu’avant l’âge de 18 ans, rien n’existait sur sa vie. Aucun écrit, aucun document. Très vite m’est venue l’idée de lui inventer alors une jeunesse. Pour écrire l’œuvre immense qu’on lui connaît, à quoi ressemblait la vie de cet adolescent dans son village de Stratford-upon-Avon? Le privilège de la création allait nous permettre cette fantastique liberté d’imaginer tout un pan de la vie de William.

J’ai approché l’auteure Rébecca Deraspe avec cette idée et très vite, elle l’a embrassé avec beaucoup de sensibilité et d’humilité. Je lui suis reconnaissant d’avoir littéralement magnifié cette simple idée en une oeuvre très personnelle et percutante sur la place de la femme dans l’art et la société. Un grand sujet pour les touts jeunes.

Je tiens à souligner le travail accompli par cette fabuleuse équipe d’interprètes et de concepteurs. Nous avons là, avec Je suis William, une proposition musicale et théâtrale à cheval entre passé et présent, fiction et réalité. Bon spectacle. » Sylvain Scott, metteur en scène

Intention