Résumé

Pour cette 15e édition, les personnages nés de la plume des quatre auteurs adolescents de même que celui imaginé par Martin Faucher, auteur professionnel de l’année, nous parlent de leur réalité, de leurs rêves et de leurs aspirations. Le tout avec une réelle pointe d’humour et des points de vue qui repoussent les limites de notre imagination. Et signe des temps, les histoires racontées dans Les Zurbains 15 ans revêtent une dimension sociale plus affirmée, incarnée dans des expériences intimes et personnelles.

Les Zurbains 15 ans a été joué 30 fois chez les diffuseurs partenaires.

Les contes

Complicité de Christophe Hamel, interprété par Alexandre Leroux
Martin, nouveau professeur de géographie à l’école Sainte-Thérèse-Des-Armoires, termine enthousiaste sa première semaine de cours. Il est particulièrement fasciné par l’étrange complicité qui unit ses collègues de travail. Pour mieux l’intégrer à l’équipe, ils lui font découvrir l’activité phare de l’école : le bobsleigh. Soit disant financée par la vente de chocolat, cette activité se trouve en réalité être au cœur d’un sombre trafic.

Clean de Thomas Ginter, interprété par Kevin Houle
Dans un climat d’oppression gammée, un adolescent tente tant bien que mal de rester clean. Perturbé par la disparition de son frère, qui est aussi son mentor, il tombe dans l’excès : drogue, violence, obsession. Jusqu’au jour où Jo, le chef de la Résistance, le mandate d’une tâche qui changerait à jamais son grade de combattant. Mais le désire-t-il vraiment?

Le parapluie de Eva Vandervort-Charbonneau, interprété par Gabrielle Néron
Un arrêt de bus, un jour qui semble être comme tous les autres, puis une rencontre. Une rencontre magique entre une jeune fille et une vieille femme qui a traversé le temps et survécu au monde… trop longtemps. Cette journée ordinaire devient un nouveau Big Bang où le fantastique côtoie le réel. Lequel des deux l’emportera?

Mon printemps arabe de Martin Faucher, interprété par Mickaël Gouin
Julien veut apprendre, découvrir le monde, ses cultures, ses langues, sa politique. Il nous parle de son envie de séduire Mounia et d’apprendre l’arabe pour elle… Mais sa vie le rattrape : son père trop souvent absent, la mort d’un parrain oublié, un voyage. Un voyage comme un pèlerinage sur les traces de ses origines, de cette famille oubliée, de cette terre toute proche qui lui ressemble et qui redonnera un sens à sa vie.

Le monstre de Marion Chassé, interprété par Charles-Alexandre Dubé
Quand les sorties familiales sont synonymes de visites au centre commercial, quand une mère carbure au magasinage en ligne, quand la première carte de crédit ouvre les portes de l’infini : réalité rime vite avec monstruosité ! Son nouveau travail chez Walmart permettra-t-il à notre jeune consommateur de venir à bout de toutes ses dettes et de redonner à sa mère le goût de vivre ?

Fermer

Crédits

Textes Marion Chassé, Martin Faucher, Thomas Ginter, Christophe Hamel et Eva Vandervort-Charbonneau
Mise en scène Monique Gosselin, Sylvain Scott et Benoît Vermeulen
Distribution Charles-Alexandre Dubé, Mickaël Gouin, Kevin Houle, Alexandre Leroux et Gabrielle Néron
Assistance à la mise en scène et régie Marie-Josée Pétel
Scénographie Josée Bergeron-Proulx
Costumes Sandrine Bisson
Éclairages Mathieu Marcil
Environnement sonore Benoit Landry
Direction de production et technique Maxime Clermont-Michaud
Auteurs-tuteurs Jean-Philippe Lehoux, Michel Ouellette et David Paquet

Photographies du spectacle spinprod.com

Présenté en collaboration avec le Théâtre Denise-Pelletier, le Théâtre jeunesse Les Gros Becs et le Théâtre français du Centre national des Arts.

Crédits

Dans la presse

Les Zurbaines

« En passant du rire aux larmes, dans l’absurde comme dans le drame humain, ces contes sont tous de petits bijoux et on a peine à croire qu’ils ont été écrits par des adolescents. Comme quoi, vraiment, la jeunesse est porteuse d’espoir et visiblement de grand talent. Bref, pendant une heure et demie, j’ai été transportée dans des mondes fous, dramatiques et poétiques.Le temps d’un instant, le temps d’une représentation… Les Zurbains ont 15 ans : longue vie aux Zurbains! »

Tova Roy, 4 mai 2012

Le Devoir

« En fait, grâce à une scénographie ingénieuse et une mise en scène brillante laissant toute la place à chacune des histoires, ces cinq récits attaquent aussi de front un public que l’on dit difficile… mais qui, chaque année, met à peine le temps de quelques répliques à se reconnaître. À travers des écritures fortes, vivantes, prometteuses dans tous les cas, ces Zurbains 2012 nous rappellent d’abord que le théâtre est aussi un art de combat. »

Michel Bélair, 6 mai 2012

Lurelu

« ... ils ont quelques années de moins que ceux qui envahissent les rues. Mais ces étudiants-ci, ce qu'ils occupent c'est la Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier. Une autre façon de faire entendre leur voix et de dire par la plume ce que la jeunesse pense du monde, de l'avenir et d'elle-même. »

Frédéric Tremblay, 3 mai 2012

Dans la presse