Le chant du koï

Activité 2

L'autre réalité

 

Il existe de nombreuses conventions au théâtre : placer les acteurs sur une scène ou dans un espace de jeu délimité, situer les spectateurs dans une zone déterminée, tenir compte du quatrième mur (cette barrière psychologique qui sépare la scène de la salle), etc. Chaque spectacle a également ses propres conventions. Ainsi, certains artistes cherchent à reproduire le plus possible la réalité sur scène alors que d’autres décident plutôt d’utiliser le pouvoir d’évocation des objets ou de la musique pour illustrer certains éléments plus difficiles à montrer. Par exemple, on utilise une porte pour représenter une maison ou le bruit des vagues pour indiquer qu’on se trouve près de l’océan.

Les conventions dans Le chant du koï

Expliquez aux élèves que dans Le chant du koï les concepteurs se sont amusés avec les conventions théâtrales, contribuant à créer un univers singulier. Dès le début du spectacle, le spectateur devient conscient que cet univers est décalé par rapport à sa propre réalité. Voici quelques-uns des éléments qui mènent rapidement à cette constatation :

Le texte

Invitez un élève à lire à voix haute cet extrait de la pièce Le chant du koï :

                Y existe une ville au Québec
                Entre un sapin pis l’bout du monde
                C’est pas Chibougamau, c’est pas Matane
                On l’appelle seulement… Cette-ville-là-là
                C’est tellement loin de tout
                Que même la magie existe
                Que les animaux parlent
                Et que la lune… se couche jamais […]
                Là-bas quand la lune te coince
                Faut que tu te mettes à chanter

Demandez aux élèves de relever les aspects qui leur apparaissent étranges mais qui semblent établir des règles de base dans l’univers du spectacle.

Réponses possibles : l’histoire se passe dans une ville québécoise qui s’appelle Cette-ville-là-là; les conventions ne sont pas les mêmes qu’ici; le ton rappelle celui qu’on peut retrouver dans un conte; les animaux parlent, la magie existe; la lune agit comme un personnage réel; les personnages sont obligés de chanter si la lune les éclaire; etc.

Les personnages

Mentionnez aux élèves que les personnages jouent à nous raconter une histoire, leur histoire. Ils s’adressent directement à nous et se promènent entre le texte narratif et l’action tout au long de la représentation. Ils utilisent à la fois le texte parlé, le chant et le mouvement pour exprimer ce qu’ils ressentent.

Les autres conventions établies dans Le chant du koï

Invitez vos élèves à être attentifs aux éléments de la représentation (décor, éclairages, musique, mise en scène) et à observer de quelle manière ils interviennent pour marquer la singularité de l’univers du Chant du koï. Vous pourrez échanger avec eux à ce sujet après la représentation.